L'Homme approximatif (2010)


Ces images sont des captures d’écran d’un logiciel de vidéoconférence.
De la caméra à mon ordinateur, le réseau est saturé, les images reçues manquent d’information.
Portraits humain dans un format écran. La caméra web enregistre des photos mais sans réglage focale, sans prendre en compte l’espace et la perspective. Ce qui donne un rendu malléable, inattendu, plus proche du dessin, de la peinture, d’une matière vivante.

Travailler la matière photographique.
Capturer une empreinte humaine instantanée.
« Je crois que l’homme aujourd’hui comprend qu’il est un accident, que son existence est futile et qu’il doit jouer un jeu insensé. » Francis Bacon
Les interférences détruisent mes portraits de manière accidentelle et violente. De la même manière que Francis Bacon violente à l’extrême ses figures humaines. L’interférence se matérialise, éclatant parfois l’anatomie humaine, diluant la peau, créant de nouvelles formes. Une nouvelle image née, une image accident, une image autonome.
Un assemblage de couleurs, de tâches, de pixels qui expriment l’accident, l’absence, l’oubli, la mort, l’Homme Approximatif.
«Mes tableaux sont des accidents» Francis Bacon.

67 x 90 cm 67 x 90 cm 67 x 90 cm 67 x 90 cm 67 x 90 cm 90 x 120 cm